Bien choisir son stage de conduite accéléré

 

La conduite accélérée ou conduite intensive est un moyen d’obtenir plus rapidement son permis à points. Certaines écoles de conduites garantissent l’obtention du permis en moins d’un mois, par le biais d’un stage conduite accéléré pour ceux qui ne peuvent suivre la formation classique. Ce type d’apprentissage est toutefois soumis à certaines conditions, cet article vous explique tout ce que vous devez savoir sur la conduite accélérée. 

Pourquoi opter pour un stage de conduite accéléré ?

 

La raison principale pour laquelle une personne décide de suivre un stage de conduite accéléré est le gain de temps. Il se peut qu’elle souhaite profiter du temps libre pendant les vacances scolaires ou qu’un emploi du temps chargé ne lui permette pas de passer par le stage de conduite classique qui s’étend sur plus d’un mois. Cette alternative est une solution pour ceux qui ont besoin d’un permis de conduire dans les plus brefs délais pour des raisons professionnelles par exemple. A condition évidemment les examens du code et de la conduite.  Les centres de formations spécialisés dans la conduite accélérée sont nombreux, comme sur permis-accelere-lyon.com.

 

Les conditions requises pour un stage de conduite accéléré

 

La motivation 

Pour que la conduite accélérée soit efficace, il est indispensable que le candidat, soit assidu et concentré lors des cours théoriques et les heures de conduite. Durant les cours collectifs de conduite, il faut apprendre des erreurs des autres et acquérir rapidement les réflexes de conduite. C’est une condition sine qua none pour une progression rapide. 

 

La persévérance pour les cours intensifs

Un cours accéléré implique un apprentissage sur plusieurs jours d’affilée, ce qui peut en décourager certains. Un stage d’auto-école intensif est épuisant, particulièrement en ce qui concerne les leçons de code. C’est pourquoi, en plus de la motivation, il est important de savoir à quoi s’attendre concrètement. La formation exige d’apprendre pendant un court laps de temps, la réussite à l’examen de conduite et au code étant l’unique moyen de décrocher son permis, formation accélérée ou non. 

 

Déroulement de la formation

 

Le stage de code 

Dans ces écoles de conduite, les cours de code personnalisés se déroulent avec des formateurs expérimentés en stage accéléré. Ils enseignent aux candidats à adopter les bons réflexes au volant.  L’inscription à l’examen du code se fait en début de stage, mais il est possible de reporter cet examen au lendemain en cas d’imprévus. Habituellement, le stage code accéléré dure pendant plusieurs jours consécutifs, avec 5 à 7 h de cours au quotidien. On peut renforcer ce stage par une formation en ligne et l’épreuve théorique se fait quelques jours après le stage pour éviter l’oubli des nouvelles connaissances sur la sécurité routière. 

 

La formation de conduite

Toujours de manière personnalisée, la conduite est supervisée et le moniteur évalue le niveau du candidat et adopte un enseignement en adéquation avec ses aptitudes. Pour préparer l’examen de conduite, on peut procéder étapes par étapes : 

  • le candidat apprend d’abord à conduire en cours collectifs sur une piste privée avant de pratiquer sur la route ;
  • une fois les bases de conduite acquises, l’élève devra remplir un quota d’heures de conduite. À l’instar des heures de formation théoriques, les cours de conduite peuvent se dérouler de manière intensive, afin de ne pas étendre la formation sur un long terme. Certaines écoles de conduites mettent à disposition des élèves un simulateur de conduite virtuelle.

L’examen de conduite doit avoir lieu 15 jours après l’obtention de l’examen du code de la route. 

 

Les inconvénients du stage de conduite accéléré

 

La formation intensive coute plus cher qu’un stage de conduite traditionnel et la différence est visible : les prestations peuvent s’élever à 1 000 € de plus que l’apprentissage classique pour obtenir le permis. Ensuite, il n’y a aucune garantie qu’on obtienne effectivement le permis en fin de stage. La réussite à l’examen pratique et à l’examen théorique dépend uniquement de la capacité du candidat à assimiler les connaissances, qu’il ait suivi un stage normal ou accéléré. 

 

Sommaire

Articles liés